Page d'accueil                                10/02/2012                                  Retour          

Informations

Cette rubrique n'est plus mise à jour. Les informations sont désormais consultables sur le blog.

Latin / Grec | Français | Toutes disciplines

Latin - grec

Tout le monde le sait... mais nous rappelons quand même que la meilleure source sur l'actualité pédagogique des langues anciennes est la rubrique tenue par Robert Delord dans le Café Pédagogique.
Aller sur http://www.cafepedagogique.net/ et choisir Le Mensuel >L'enseignant >Lettres >Langues anciennes
Mieux : s'abonner à la liste Lettres sur cette page http://www.cafepedagogique.net/AlertsAndSubscriptions.aspx


          Le compte-rendu sera publié dans le bulletin de l'AGAP.

Pour en savoir plus, téléchargez ce document en anglais au format RTF (programme provisoire, contacts pour renseignements) : announcement 2009 final.rtf
Pour en savoir plus, téléchargez ce document au format RTF : 11th_academia_homerica_juillet_2008.rtf
A consulter dès maintenant pour préparer la participation de vos élèves à ce concours l'an prochain. Il y a eu des participants cette année dans l'académie d'Aix-Marseille, mais en trop petit nombre. Pour en savoir plus, voir ci-dessous l'annonce du concours 2008.
http://www.education.gouv.fr/bo/2007/34/ESRS0763551A.htm
A noter : le site contient des documents sur l'intérêt et la difficulté de la mise en scène des textes antiques.

Français

 Toutes disciplines


Lettre des jurys de concours à la ministre (juin 2009)

Nous, membres de différents jurys de CAPES et d¹Agrégation de la session 2009, tenons à exprimer solennellement notre consternation devant la façon dont est géré le dossier de la réforme du CAPES et notre opposition aux mesures préconisées pour les « nouveaux » CAPES. C¹est à partir de notre expérience de membres de ces jurys, constitués d¹enseignants du secondaire, des classes préparatoires, des universités, des IUFM et de membres des corps d¹inspection que nous considérons que ces mesures, si elles étaient appliquées, entraîneraient une très grave dégradation de la formation et du recrutement des enseignants et, à terme, une remise en cause des concours nationaux et une précarisation des personnels enseignants.
Ces mesures conduisent en effet à un affaiblissement inacceptable des contenus disciplinaires des concours sous couvert de « professionnalisation », alors même que l¹année de stage de formation en alternance rémunérée existant actuellement est supprimée dans le projet ministériel. Et les « stages » prévus pendant les deux années des « masters enseignement » ne sont nullement à même de compenser les effets néfastes de cette suppression ­ ou de sa réduction à une décharge symbolique lors de la première année d¹exercice.
La précipitation qui a caractérisé la gestion de ce dossier, les incessants bricolages qui se succèdent depuis l¹annonce de la réforme, les tergiversations, les annonces sans suite, les « mesures transitoires », les incertitudes maintenues sur les modalités des épreuves et les programmes du concours, ont créé un tel climat de confusion et de chaos qu¹il est urgent et impérieux de reprendre totalement le dossier pour qu¹émerge un projet intellectuellement et professionnellement cohérent.
Dans cette perspective, nous prenons acte de l¹annonce du ministre concernant le maintien en l¹état pour 2010 du CAPES actuel que nous entendons comme le maintien de l¹intégralité de ses modalités actuelles, y compris pour les dates du concours et les conditions d¹inscription. Cependant, comme l¹ensemble des collègues engagés dans la mobilisation contre les réformes actuelles, nous pensons que toute refonte des concours doit être arrêtée à l¹issue d¹une large concertation et de véritables négociations avec tous les acteurs de la formation des enseignants. Celles-ci supposent un retrait des projets actuels, un réexamen complet du dossier de la formation et du recrutement des enseignants et l¹abandon de toute « mesure transitoire » et de toute mise en place progressive de la « mastérisation ».
Nous ne sommes évidemment pas hostiles par principe à toute refonte des concours ni à l¹ambition affichée d¹élévation du niveau de recrutement des enseignants. C¹est dans cette optique que nous tenons à rappeler quelques principes qui sont, selon nous, essentiels pour toute réforme à venir des CAPES :
- le recrutement de tous les enseignants doit se faire par concours nationaux avec un programme national, des épreuves nationales et un jury national unique pour l¹admissibilité et l¹admission pour toutes les épreuves, associant, comme c¹est le cas actuellement, des enseignants des universités, du second degré, des classes préparatoires et des membres des corps d¹inspection ;
- les lauréats doivent avoir le statut de fonctionnaires stagiaires (de la fonction publique d¹État) et pour assurer une véritable formation pédagogique et professionnelle l¹année de stage rémunérée de formation en alternance avec un service significativement réduit doit être maintenue ;
- l¹évaluation du niveau de maîtrise des disciplines doit rester le fondement du recrutement. En conséquence les épreuves, écrites et orales, doivent être disciplinaires et les jurys doivent être composés de spécialistes de la discipline ;
- un lien thématique, quand il existe, doit être maintenu entre les programmes du CAPES et ceux des agrégations afin d¹éviter notamment que la préparation à l¹agrégation ne soit réservée qu¹à un petit nombre « d¹établissements d¹élite ».
En tant que membres de jurys de CAPES et d¹Agrégation, soucieux de l¹intérêt des candidats, des futurs enseignants et des élèves, notre responsabilité est en tout premier lieu d¹assurer, dans les meilleures conditions d¹équité possibles, un concours d¹un niveau scientifique élevé, fondement de la légitimité scientifique et professionnelle des lauréats et de la qualité du service public d¹enseignement. Mais il est également de notre responsabilité de ne pas nous taire devant ce que nous considérons comme un gâchis et un désordre qui ne peuvent à terme qu¹entraîner une dégradation du niveau de recrutement des enseignants et donc de l¹enseignement de nos disciplines.
 
> Motion votée par la majorité des membres du jury du CAPES externe d¹allemand,
> soixante-cinq membres du jury du CAPES externe d¹anglais,
> la majorité du jury de l¹agrégation externe d¹anglais,
> l¹unanimité, moins une abstention, du jury du CAPES externe d¹arabe,
> la majorité du jury de l¹agrégation externe d¹arabe,
> l¹unanimité, moins deux abstentions, des membres du jury du CAPES externe de breton,
> l¹unanimité, moins deux abstentions, du jury du CAPES externe d¹espagnol,
> la majorité des membres du jury du CAPES externe d¹Histoire et de Géographie,
> la majorité des membres du jury de l¹agrégation externe d¹Histoire,
> l¹unanimité, moins deux abstentions, des membres du jury du CAPES externe d¹italien,
> la majorité du jury du CAPES interne d¹italien,
> la majorité du jury du CAPES externe de Lettres Classiques,
> la majorité du jury de l'agrégation externe de Lettres Classiques,
> la majorité des membres du jury du CAPES externe de Lettres Modernes,
> vingt-neuf membres du jury de l¹agrégation externe de Lettres Modernes (dont la commission de littérature comparée, à l'unanimité)
> la majorité de la commission d¹ancien français du jury d¹agrégation externe de Lettres Modernes,
> la majorité du jury de l¹agrégation interne de Mathématiques ;
> avec le soutien de l¹Association des Études Grecques (AEG),
> la Société des Professeurs d'Histoire Ancienne des Universités (SOPHAU),
> la Société des Historiens Médiévistes de l'Enseignement Supérieur Public (SHMESP),
> l'Association des Historiens contemporanéistes de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (AHCESR),
> l¹Association des Professeurs d¹Histoire-Géographie (APHG),
> l¹Association des Professeurs de Langues en IUT (APLIUT),
> l¹Association des Professeurs de Langues Anciennes de l'Enseignement Supérieur (APLAES),
> la Coordination Nationale des Associations Régionales d'Enseignants de Langues Anciennes (CNARELA),
> la Société des Hispanistes Français (SHF),
> la Société des Italianistes de l¹Enseignement Supérieur (SIES),
> la Société des Langues Néo-Latines,
> du vice-président du CAPES externe de chinois,
> du président du jury de l¹agrégation externe de japonais.

Ces maquettes des nouveaux concours de recrutement d'enseignants devraient être présentées lundi 13 octobre 2008 par François Perret, doyen de l'Igen

AGREGATION
Les épreuves et programmes des concours de l'agrégation sont "maintenus en l'état". Seules les épreuves orales seront infléchies, conjuguant un "exercice pédagogique" et une "épreuve d'entretien avec le jury". Pour que la préparation aux épreuves du concours de l'agrégation puisse s'intégrer dans les deux années du master, le programme sera arrêté "dans toutes les disciplines pour une période d'au moins deux ans", précisent les maquettes. L'agrégation "recrutera au niveau du master des professeurs qui sont appelés à enseigner en priorité dans les classes d'examen du lycée, les CPGE, les STS et le premier cycle de l'université".

Tous les autres concours (CRPE, Capes, Capeps, Capet, CAPLP, concours de recrutement de CPE) comprendront 4 épreuves: deux épreuves écrites d'admissibilité disciplinaires avec une dimension épistémologique et historique, et deux épreuves orales (une leçon et un entretien de connaissance du système éducatif). Les épreuves écrites d'admissibilité des nouveaux concours auront lieu à "la fin du premier semestre de chaque année universitaire" et les épreuves orales d'admission en juin. Le référentiel de compétences professionnelles de l'enseignant figurant dans le cahier des charges de la formation des maîtres sera pris en compte dans la conception de toutes les épreuves des nouveaux concours, dont voici les grands lignes.

CRPE
Le concours de recrutement de professeurs des écoles, comprendra deux épreuves écrites d'admissibilité en "français et culture humaniste" et "mathématiques et culture scientifique et technologique". Ces deux épreuves de 4 heures et de coefficient 2 permettront d'évaluer la manière dont le candidat "réinvestit les connaissances disciplinaires acquises au cours de sa formation dans l'étude des programmes de l'enseignement primaire" et sa capacité à "mener une réflexion sur l'épistémologie et l'histoire des disciplines concernées. Cet aspect pourra faire l'objet d'une question spécifique dans l'une des deux épreuves d'admissibilité.

Les deux épreuves orales d'admission (coefficient 3) consistent en une leçon et une épreuve d'entretien avec le jury, qui comportent toutes deux 3 heures de préparation et 1 heure d'exposé et d'entretien avec le jury. En français, le candidat présente une composition à partir d'une analyse de texte (deux à cinq pages) ou produit une note de synthèse de dossier portant sur un thème de littérature, d'histoire, de géographie, d'histoire des arts ou d'éducation civique et morale. Il est également amené à traiter de questions dans les domaines de la grammaire, de l'orthographe et du lexique en relation avec le texte ou le dossier.

L'épreuve "mathématiques et de culture scientifique et technologique" comporte deux parties: "deux ou trois problèmes de mathématiques" et une analyse de document "à caractère scientifique". Ces deux épreuves écrites peuvent donner lieu à une question portant sur l'épistémologie ou l'histoire d'une des disciplines concernées.

À l'oral, la leçon (3 heures de préparation, 1 heure d'exposé et entretien avec le jury, coefficient 3) sera "replacée dans sa progression disciplinaire et dans le déroulement d'une journée de classe dont le candidat précisera l'organisation". Le sujet de la leçon, tiré au sort par le candidat, est extrait du programme d'une des disciplines enseignées à l'école primaire et précise le niveau de classe concerné. Il s'agit de faire "apparaître les connaissances et la culture du candidat dans le domaine disciplinaire de la leçon, sa capacité à concevoir et organiser un enseignement dans une classe de l'école maternelle ou élémentaire et à expliquer et justifier ses choix pédagogiques et didactiques".

La seconde épreuve d'entretien avec le jury (3 heures de préparation, 1 heure d'exposé et entretien avec le jury, coefficient 3) prend appui sur un dossier (étude de cas ou textes) fourni par le jury, portant sur les "aspects concrets du fonctionnement du système éducatif". L'exposé est une analyse du dossier, tandis que l'entretien avec le jury permet de vérifier les connaissances du candidat "relatives aux valeurs et aux exigences du service public, au système éducatif et à ses institutions et de manière plus générale à son aptitude à exercer le métier de professeur des écoles.

Pour pouvoir être recrutés comme professeurs des écoles, les candidats devront en outre justifier de quatre attestations (nage, secourisme, C2i et maîtrise d'une langue vivante étrangère au niveau C1).

CAPES / CAPET / CAPEPS / CAPLP et concours de recrutement de CPE
Ces concours comprendront deux épreuves écrites d'admissibilité de 5 heures chacune, coefficient 2. Elles portent sur les programmes du collège, du lycée et des classes post-baccalauréat du lycée. Les finalités (disciplinaire et épistémologique) sont les mêmes que pour le premier degré. Si le nombre des disciplines d'un concours est supérieur à deux, les deux matières évaluées au moment de l'admissibilité seront tirées au sort le jour de l'épreuve. Le niveau d'exigence disciplinaire sera celui de la licence. Les modalités des épreuves seront précisées pour chaque discipline ou groupe de disciplines à partir du cadrage national indiqué ci-dessus.

Les deux épreuves orales d'admission consistent en une leçon (3h de préparation, 1 heure d'exposé, coefficient 3) et une épreuve d'entretien avec le jury (3 heures de préparation, 1 heure d'exposé et entretien avec le jury, coefficient 3). Au cours de la leçon, le candidat présentera une question tirée du programme de collège, de lycée ou des classes post-baccalauréat du lycée dans la discipline ou groupe de disciplines considérées en l'adaptant à un niveau de classe donné et en l'inscrivant dans une progression disciplinaire. Il peut également être demandé au candidat de traiter la question à deux niveaux de la scolarité (collège ou lycée) ou "pour deux parcours du lycée". Il sera possible pour certaines disciplines, "dont les conditions d'exercice le justifient", de proposer un second volet à cette épreuve.

L'épreuve d'entretien avec le jury prend appui sur un dossier de cinq pages maximum (étude de cas ou textes) fourni par le jury et portant sur les aspects concrets du fonctionnement du système éducatif. Elle consiste en un exposé, portant sur l'analyse du dossier suivi d'un entretien avec le jury, qui permet de vérifier les connaissances du candidat relatives aux valeurs et aux exigences du service public, au système éducatif et à ses institutions et de manière plus générale à son aptitude à exercer le métier de professeur de collège et de lycée.

Le Capes de documentation, les CAPLP et le concours de CPE respecteront les modalités générales arrêtées pour les concours du Capes et du Capet en "introduisant les adaptations nécessaires".

TROIS PRIORITÉS

Ces nouveaux concours (en dehors de l'agrégation) seront définis autour des "trois priorités" (culture disciplinaire, capacité à planifier et organiser un enseignement adapté à un niveau de classe et la connaissance du service public de l'éducation), énoncées dans le rapport annexé de la loi pour l'avenir de l'école du 23 avril 2005 et qui servent de référence au cahier des charges de la formation des maîtres

Enfin, les concours seront organisés selon les principes suivants:
- mieux distinguer ce qui relève des universités, en charge de la formation initiale de tous les étudiants se destinant au professorat, et ce qui relève de l'Éducation nationale, responsable du recrutement, de l'adaptation au métier et de la formation continue des professeurs;
- passer d'une "logique de revalidation du niveau universitaire" à une "logique de recrutement conforme aux besoins de l'employeur";
- assurer "une meilleure harmonisation des conditions de recrutement des différentes catégories de professeurs en fixant de façon générale un même nombre d'épreuves et les mêmes types d'épreuves à tous les concours (hors agrégation)";
- assurer la prépondérance des coefficients des épreuves d'admission, afin de privilégier le choix des candidats sur des critères d'ordre "pédagogique et didactique et de connaissance du futur milieu d'exercice";
- impliquer dans le recrutement, des personnels de direction, des membres de l'administration et de la hiérarchie de l'Éducation nationale ainsi que des membres de la société civile.


Haut de page